Image
La Sainte Baume


La Sainte-Baume (en occitan provençal : la Santa Bauma selon la norme classique ou la Santo Baumo selon la norme mistralienne) est un massif du Sud-est de la France, qui s'étend entre les départements des Bouches-du-Rhône et du Var sur une superficie de 2 169 hectares.

Les deux sommets les plus élevés, de même altitude, sont le Joug de l'Aigle et le signal des Béguines qui culminent à 1 148 mètres. Il comprend également sur son flanc ouest le point culminant des Bouches-du-Rhône : le pic de Bertagne qui atteint l'altitude de 1 042 mètres. Le caractère exceptionnel du site tient à la présence d'une hêtraie développée, préservée depuis des siècles, et de la grotte de Sainte Marie-Madeleine, lieu de pèlerinage majeur au Moyen Âge.

Bénéficiant d'un climat de type méditerranéen montagnard, le massif de la Sainte-Baume est considéré comme le principal château d'eau de la région.

Plusieurs rivières y prennent naissance : l'Huveaune, la Vède, le Peyruis, le Gaudin, le Caramy, l'Issole, le Gapeau, le Fauge...

Le massif est parcouru par un important réseau de rivières souterraines et de nombreux avens sont explorés par les spéléologues. Le gouffre du Petit Saint-Cassien est connu mondialement.

Des résurgences importantes : La Foux de Nans, la Figuière à Tourves, la source vauclusienne de l'abbaye de Saint-Pons à Gémenos, la Castelette au Plan d'Aups (qui donne naissance à l'Huveaune), la source des Orris à La Roquebrussanne, la source du Raby à Signes... sont alimentées par une forte pluviométrie due au relief.

À partir de colorations, les hydro-géologues et les spéléologues régionaux ont pu mettre en évidence un écoulement de l'ensemble du massif vers les résurgences sous marines de Port Miou et du Bestouan, dans le massif des calanques. Ce drain est vraisemblablement profond (altitude autour de +100m) et en régime noyé. Il n'est atteint par aucun des avens connus.

Depuis 2004, des spéléologues de divers clubs régionaux tentent de rejoindre la rivière souterraine du Petit Saint Cassien, rivière de plusieurs kilomètres surgissant à la Foux de Nans les Pins. Jusqu'alors, ce réseau souterrain n'était accessible qu'après plus de 400m de verticale et uniquement par des plongeurs spéléologues.

L'Huveaune

De nombreuses possibilités de randonnées existent au sein du massif ou au départ des différents villages de la Sainte-Baume tels que Gémenos, Riboux, Auriol, Cuges-les-Pins, Nans-les-Pins, Signes  et Saint-Zacharie.

    * Le plus court chemin pour accéder aux crêtes de la Sainte-Baume s'effectue à partir de l'hostellerie de la Sainte-Baume proche de Plan d'Aups, à travers la forêt s'étendant au pied des falaises, puis par le col de Saint-Pilon, à 952 mètres d'altitude. Vers l'est se dresse le Joug de l'Aigle, haut de 1 118 mètres, et séparé du col par le Baù des Oiseaux ; le GR 9 parcourt les crêtes vers l'est. Quelques hectomètres à l'ouest du col de Saint-Pilon, se dresse la chapelle du Saint-Pilon et sa table d'orientation. Vers l'ouest, le GR 98 mène au pic de Bertagne (altitude 1 041 mètres), belvédère sur la rade de Marseille et le massif des Calanques.

    * Le massif est aussi un haut-lieu de la spéléologie : l'abîme de Maramoye qui est en bordure du plateau de Siou-Blanc, le Maramoye (« la femme maudite ») a été exploré vers 1920. Il atteint -127 mètres.
Image